International

GAMBIE: Retour triomphal de Darboe à Banjul

On aurait cru aux heures de gloire du Pape du Sopi (Abdoulaye Wade, secrétaire général national du Parti Démocratique Sénégalais -PDS Sénégal). Au lieu d’une marche, c’est un cortège qui est arrivée des profondeurs, des entrailles de la Gambie pour sillonner les différentes villes et localités. C’est une marée humaine qui a rendu la circulation impossible sur plusieurs kilomètres qui a occupé la Route nationale. De Birkama à Banjul, le cortège du leader du parti de l’Unité Démocratique (UDP en anglais) a fait plus de 12 heures de route.

Pendant 21 jours, le leader de UDP, Ousmane Darboe était en tournée de remobilisation des troupes en perspectives de la présidentielle du 4 décembre prochain. Son retour dans la capitale a été marquée comme un évènement.

La forte mobilisation des militants et d’une bonne partie de la population de la Gambie constatée le jeudi 21 octobre donne l’impression que Ousainou Darboe est en terrain conquis. Une nuée jaune, couleur principale de son parti s’est emparée des grandes villes jusque dans la capitale.

Birkama a été le point névralgique de la mobilisation. Sur des kilomètres, il était quasi impossible de voir des espaces ou de la terre. Cette foule immense a ainsi voulu se transporter et accompagner l’entrée de Ousainou Darboe dans la capitale. C’est ainsi un cortège de véhicules tout genre, des députés de l’Assemblée nationale en passant par des maires, sans oublier les autres couches de la population, chacune a tenu à se faire distinguer à travers une bannière ou une banderole flanquée sur la voiture.

Ces militants surexcités laissent apparaitre que rien ne peut doucher leur ardeur. Ni les rayons de soleil très ardents encore moins le temps d’attente de leur leader incalculable. Pour tenir, c’est un semblant de carnaval qui a été installé dans les rues. Pendant les Kankourang (personnage culturel qui marque et célèbre les temps de circoncision en communauté manding) assurent l’animation avec leurs machettes, dans d’autres points c’est une discothèque en plein air qui est créée.

Cette ambiance endiablée et féérique à la fois laisse exploser des scènes dignes des périodes de grandes campagnes électorales. Cela laisse apparaitre ainsi une soif d’exulter et de vivre uniques de mobilisation qui n’étaient pas possible du temps de Yaya Jammeh.

Comments are closed.

You may also like