Politique

Présidentielle : les résultats ne seront pas proclamés bureau de vote par bureau de vote, selon Trimua

©linformateur.net – 04 février 2020 – 11h59

Christian Trimua, le ministre des droits de l’homme vient de répondre à une des demandes fortes de l’opposition sur la transparence de la présidentielle à venir. La proclamation des résultats se fera conformément aux prescriptions du code électoral, dit-il en substance.

L’opposition, très exigeante sur la transparence des élections et la traçabilité des résultats, réclame depuis plusieurs années que les résultats de la présidentielle surtout, soient proclamés bureau de vote par bureau de vote. Une manière pour elle de s’assurer que ces résultats ne subissent pas de modifications lors de leur centralisation dans les Commissions Électorales Locales Indépendantes (CELI), puis à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). L’opposition est persuadée que les résultats tels que proclamés par les institutions y habilitées ne sont pas conformes à la vérité des urnes.

Mais cette demande ne sera pas satisfaite à en croire le ministre des droits de l’homme. Pour Christian Trimua, il faut respecter le code électoral dans la proclamation des résultats.

« Le président Faure Essozimna Gnassingbé est favorable à l’application intégrale du code électoral togolais, des lois électorales togolaises. Sur la proclamation bureau de vote par bureau de vote, tel que le souhaite une partie de l’opposition togolaise, le problème qui se pose n’est pas tant la proclamation. Le système électoral togolais prévoit une première centralisation des résultats au niveau des Commissions Électorales Locales Indépendantes qui ensuite les renvoient à la Commission Nationale à Lomé ; et donc ce schéma ne peut pas être contourné par une proclamation bureau de vote par bureau de vote depuis Lomé, autrement l’échelon intermédiaire des Commissions Électorales Locales Indépendantes serait inutile. » estime Christian Trimua.

En clair, les résultats seront centralisés dans les CELI puis vers la CENI conformément au code électoral. Ce code justement, est la résultante d’un consensus que le pouvoir veut préserver.

« Le code électoral actuellement applicable est issu d’un consensus politique et nous tenons absolument à maintenir ce consensus politique donc l’application intégrale tel qu’il a prévu la remontée des résultats des élections », tranche le ministre des droits de l’homme.

Les mesures de transparence ont été suffisamment prises pour rassurer les parties prenantes au scrutin, martèle en substance le ministre. M. Trimua pense d’ailleurs que le candidat de la majorité, Faure Gnassingbé représente l’avenir et la jeunesse, contrairement à une opposition « vieillissante« . Il devrait sans surprise, remporter le scrutin du 22 février, selon Christian Trimua.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *