Politique

Présidentielle : Faure Gnassingbé et Jean-Pierre Fabre remportent déjà une bataille

©linformateur.net – 10 février 2020 – 10h53

Les Togolais vibrent au rythme de la campagne électorale depuis le 06 février dernier. Les sept candidats en lice sillonnent le pays pour présenter leur projet de société et solliciter les suffrages des électeurs. Mais cinq jours après le démarrage de cette campagne, le candidat du pouvoir, Faure Gnassingbé, et celui de l’ANC, Jean-Pierre Fabre, semblent être les plus en vue.

En ville, un tour dans plusieurs quartiers permet de se rendre à l’évidence que cette campagne électorale pour la présidentielle est assez particulière. Peu d’affiches des candidats comme par le passé où à peine le ton donné que les murailles, panneaux d’affichage et même des monuments sont envahis d’affiches des candidats. Cette fois-ci, la sobriété semble avoir pris le dessus. Beaucoup de candidats préfèrent privilégier le port-à-porte.

Mais la bataille de visibilité est quand-même présente même si elle est moins ostentatoire que par le passé. Quelques panneaux géants offrent leur façade à des candidats pour des portraits gigantesques. Des murs et troncs d’arbres sont également mis à contribution pour attirer les regards des passants. Et pour l’heure, deux candidats semblent faire la course en tête en la matière.

Faure Gnassingbé et Jean-Pierre Fabre sont pour le moment les plus visibles sur les affiches ; même si le premier parait un peu plus en avance que le second. Si la présidentielle devait se mesurer à la visibilité sur les affiches, on pourrait dire que c’est un match entre Faure Gnassingbé et Jean-Pierre Fabre. Les cinq autres candidats sont aux abonnés absents sinon très peu visibles.

Il faut fouiller très longtemps pour retrouver quelques affiches de campagne du professeur Gogué par exemple. Celles d’Agbéyomé Kodjo aussi ne sont pas si visibles qu’espérer au regard de sa précampagne assez vivace. Me Tchassona Traoré, professeur Komi Wolou et Dr Kouessan ne sont quasiment pas visibles. A la décharge du dernier qu’il vient d’enterrer sa génitrice et que sa campagne ne débute véritablement que ce lundi.

Quelques observateurs que nous avons interrogés sur le sujet évoquent aussi une question de moyens financiers pour beaucoup de candidats. La cagnotte offerte cette année par le gouvernement est d’un peu plus de 42 millions par candidat ce qui n’offre pas beaucoup de marge de dépense. Cela expliquerait aussi le fait que ce soit la campagne de proximité qui soit privilégiée au détriment des grandes caravanes et meeting géants habituels.

 

Samuel Gnanhoui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *