Politique

Même en vacances, Gerry Taama a un œil sur la présidentielle

©linformateur.net – 09 février 2020 – 16h03

Déjà retiré de la course à la présidentielle et à la faveur des vacances parlementaires, le président du Nouvel Engagement Togolais (NET) s’offre quelques semaines de repos loin des agitations de la vie politique togolaise. Mais ce repos n’empêche pas l’ancien militaire de rompre de temps à autre le silence et de donner sa lecture de la situation politique dans le pays.

Dans une de ses sorties comme il en a pris l’habitude, Gerry Taama est revenu sur ce qui se joue actuellement dans l’arène politique. De son analyse qu’il intitule : « Élection présidentielle du 22 février : je vais dire quoi encore ?« , le président du groupe parlementaire NET-PDP présente un tableau assez pittoresque de la situation actuelle. Rappelant à qui veut l’entendre que son retrait de la course ne vise qu’à prioriser les élections régionales qui s’annoncent pour avril-mai selon lui, il se garde à nouveau de donner une consigne de vote claire en faveur d’un candidat donné. Mais pour lui, c’est tout sauf Unir.

« Nous ne pouvons pas être opposés à Unir dans et hors de l’Assemblée nationale et appeler à voter pour ce parti », écrit-il.

Mais c’est aussi un Gerry Taama quelque peu éberlué par le déroulement de la campagne, surtout côté opposition, qui s’exprime.

« Quand je vois les affiches, l’organisation des meetings, les messages des candidats de l’opposition, il est évident que peu ont fait appel à un cabinet de communication. Il y a de l’impréparation », se désole Gerry Taama.

Certes, le manque de moyens financiers de l’opposition peut expliquer ce fait selon lui, mais en même temps il déplore une attitude contradictoire dont se rendent coutumiers les candidats de l’opposition.

« Si par contre j’ai un conseil à donner à certains candidats de l’opposition, c’est d’éviter de dire que les conditions de transparence et de crédibilité de cette élection ne sont pas réunies tout en continuant à faire campagne. C’est faire une chose et son contraire. Ça démobilise les militants et donne l’impression d’une mise en scène », conclut-il.

La campagne électorale de la présidentielle s’est ouverte depuis le 06 février dernier. Elle s’achève le 20 février pour un premier tour le 22 février.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *